Comment avancer sur son projet et éviter la procrastination?

« La seule différence entre le succès et l’échec est la capacité à agir »

Alexander Graham Bell-Scientifique et inventeur

Beaucoup d’entre-nous, voudraient bien agir. Mais la situation actuelle, pleine d’incertitude, à tendance à paralyser leurs actions.

Comment avancer si nous ne savons pas si nos projets, fortement liés à la présence physique de public, pourront avoir lieu?

Ce n’est pas facile de se projeter, de demander des financements, de communiquer ou encore d’organiser des événements dont on ne sait pas s’ils seront annulés.

Le chef d’entreprise d’aujourd’hui est confronté à une situation assez surprenante, mais qui ne lui est pas totalement inconnue: prendre des décisions dans l’incertitude.

D’ailleurs paradoxalement, il à décider de se lancer pour cette même raison: l’aventure entrepreneuriale qui est fondée sur du prévisionnel aléatoire.

Malheureusement l’incertitude à un degré trop élevé peut provoquer une baisse de la confiance en soi et la fameuse procrastination.

« Voilà, c’est ça! La confiance! C’est ça qui est important, plus que les capitaux propres ou les liquidités »

Phil Knight, fondateur de Nike dans son ouvrage L’art de la victoire

Il est donc important de reprendre confiance en soi et en sa réussite pour pouvoir passer plus facilement à l’action.

1/Comment ne pas se noyer dans un verre d’eau?

Plus il est difficile d’évaluer la probabilité de réussite d’un objectif, plus nous sommes bloqués. La crainte de l’échec apparaît inéluctablement.

Par ailleurs, si on ne connait pas bien les différentes étapes pour arriver au bout de son projet, on se sens perdu, et on repousse les tâches, ne sachant pas par laquelle commencer.

D’autant plus que, plus la mise en place sera longue et compliquée, plus la motivation sera difficile à trouver.

Pour avoir confiance, il faut donc simplifier, aller à l’essentiel et prendre le temps d’apprendre, de comprendre les mécanismes en y allant étape par étape. Mais chaque étape doit garder un lien avec la réussite globale du projet et donc la récompense finale.

Selon les dernières recherches en neuroscience: avant de se lancer, l’individu évalue, à partir de la représentation parfois faussée qu’il se fait de l’effort, l’importance d’une action, en fonction de ses bénéfices (récompenses) et de ses coûts.

Est-ce que l’action mérite d’être menée? Va t’elle aboutir rapidement au résultat positif que l’on espérait? Ce sont les questions que nous nous posons sans cesse. De cette évaluation entre l’effort à fournir et les bénéfices obtenus, découle notre motivation, notre engagement à réaliser telle ou telle tache.

Même si l’intuition peut nous guider au départ vers tel ou tel projet, nous devons avoir l’esprit analytique pour le construire pas à pas.

Plus l’action sera courte pour obtenir un résultat, plus nous serons volontaire à la réaliser. Plus le bénéfice sera assuré, plus nous serons motivés.

C’est une question de self-control. Certains individus sont plus doués que d’autres car ils utilisent une stratégie. Cf: Test du marshamallow avec des enfants

Alors, comment faire pour être engagé sur un projet long et compliqué? Pour un meilleur self-control, il est impératif de faire un vrai travail de préparation.

2/Comment savoir rapidement comment agir et dans quelles conditions?

Pour ne plus avoir peur de l’inconnu, il faut tenter de connaitre et d’analyser tout ce que nous pouvons savoir. La réussite d’une entreprise demande un travail de préparation.

« La connaissance progresse en intégrant en elle l’incertitude, non en l’exorcisant  »

Edgar Morin- La Méthode

L’étape numéro un est d’évaluer correctement son objectif en fonction de ses capacités à le réaliser et du contexte qui se présente.

Pour évaluer correctement son projet, faut donc:

  • Connaitre les différentes étapes nécessaires à la réalisation de l’objectif
  • Reconnaître nos forces et nos faiblesses dans les domaines utiles à la réalisation de cet objectif.
  • Estimer si la période est propice à sa réalisation ou non, en fonction des enjeux: politiques, économiques, sociaux, environnementaux, juridiques et sanitaires.
  • Connaitre et comprendre la position des individus impliqués dans la réussite ou l’échec du projet (Clients, associés, salariés, concurrents, partenaires…)
  • Connaître les solutions alternatives qui pourraient nous aider
  • Estimer les besoins financiers en fonction des probabilités de résultat liés aux évaluations précédentes

On constate que toutes les étapes pour parvenir à une évaluation correcte de son objectif se retrouvent dans les différentes phases d’élaboration d’un business plan

3/Comment la réalisation d’un business plan est de nature à nous aider à avancer vers nos objectifs?

En évaluant la pertinence de son projet on peut prendre des décisions plus rapidement: passer à l’action ou pas, pivoter, changer de business model.

« Si on me donnait six heures pour abattre un arbre, je passerai la première à affûter la hache »

Abraham Lincoln

Souvent les personnes procrastinent car elles n’ont pas fait de travail de préparation. Elles ont alors raté des étapes importantes et se disent: « Je suis nul(le) », alors qu’elles sont juste mal préparées.

Si on passe à l’action, on dispose d’un plan d’action qui nous permettra d’aller pas à pas vers la réussite, en prenant en compte tous les paramètres du projet. Ainsi on est guidé vers notre objectif.

On sait que l’on est parfaitement capable de le mettre en place, car on dispose d’une bonne estime de nous même et nous sommes confiants en nos capacités. Nous sommes capables d’agir.

Mais pour être encore plus efficace, nous avons besoins de tableaux synthétiques, de schémas afin d’avoir une vue d’ensemble du projet.

Ainsi, lorsque nous nous y référons nous connaissons notre chemin et nous nous retrouvons plus facilement au niveau des différentes étapes du projet.

La confusion peut nous amener à procrastiner. Il faut toujours veiller à avoir l’esprit clair et alerte.

La prise en compte des différents éléments d’analyse, nous permet aussi d’acquérir plus de résilience. Nous acceptons la situation pour mieux s’y adapter.

Si vous avez besoin d’un accompagnement pour réaliser votre Business plan , mais aussi le tester , l’adapter et aller jusqu’à la réussite d’un objectif, prenez rendez-vous des maintenant pour un diagnostique gratuit.

4/ Comment avancer sur son projet sans perdre son enthousiasme?

Le business plan n’est qu’une estimation de ce qu’il est probable de réaliser en fonction des données qu’on possède à un instant T. Des événements peuvent se produire entre temps et changer les données, la situation globale du projet.

Parfois on ne dispose pas de toutes les connaissances nécessaires, car il s’agit d’innovation. Il existe alors une phase de test, d’itération qui permet de valider ou non le plan ou de pivoter.

Le Business Plan n’est qu’un prévisionnel, souvent décrié aujourd’hui car il ne se passe rarement ce qu’on a prévu au départ. Il est pourtant utile pour savoir ou l’on va et ne pas s’égarer.

Néanmoins, il est important d’émettre plusieurs hypothèses. Ex: Si la COVID 19 disparait ou si la COVID 19 prend plus d’ampleur et qu’il faut de nouveau confiner.

« L’optimiste ne refuse jamais de voir le côté négatif des choses, il refuse simplement de s’attarder dessus »

Alexandre Lockhart

La plupart des personnes aujourd’hui évitent ce sujet, ils préfèrent « l’exorciser », ne plus en parler. Or la résilience commence par l’acceptation et la prise en compte d’un phénomène, même négatif.

La prise en compte ne veut pas dire que l’on est pessimiste ou triste. Mais il est toujours possible de prendre de la distance en imaginant une issue positive et en gardant le moral.

L’important est de trouver les actions qui vont nous permettre de modifier le cours des événements dans un sens positif.

Prendre en compte une issue négative dans son business plan est utile pour trouver des solutions optimistes et faire que l’avenir soit plus radieux.

Il faut donc plus s’attarder à la réflexion pour trouver une solution et la mettre en pratique, qu’a ruminer sur ce qui se passe.

A l’instant présent il se passe telle ou telle situation. Quelles actions je peux mettre en place pour améliorer les conditions actuelles? Quelles sont les différentes étapes? Je commence à agir des maintenant sur la première…

Dans son autobiographie Le sens de ma vie, Viktor E Frankl, l’homme le plus résilient que l’on puisse connaître, explique comment il a pu résister aux camps de concentration, notamment avec les mots de l’esprit et l’humour.

Donc pour garder le moral dans une situation difficile, voire tragique, rien ne vaut l’humour.

Regarder des comédies au théâtre, à la télévision, faire des thérapies du rire, sourire durant 2 minutes devant son miroir…

Cela permet de retrouver son optimisme est d’affronter n’importe quelle situation douloureuse.

« Le mental fait tout, le monde sera positif ou négatif selon la manière dont nous le concevons intellectuellement. Et la peur crée une négativité du monde très angoissante »

Le pouvoir de la force mental – Jacques H Paget- Expert en négociation et illusionniste-ancien avocat.

ViKtor Frankl explique que c’est justement parce-qu’il était optimiste qu’il à réussi à survivre malgré des conditions très difficiles. Il s’accrochait à un but, à un objectif à l’extérieur des camps, une « volonté de sens », s’imaginant dans une « salle de conférences, chaude et lumineuse », parlant à « un auditoire accueillant et plein d’enthousiasme » de son « expérience de psychothérapie dans un camp de concentration ».

C’était donc une manière de relier la réalité à un futur optimiste qui finira par se réaliser. C’est la qu’intervient la vision, l’intuition, l’espoir, la foi (du latin fides, « confiance »).

Cette capacité à se projeter doit être développée par le chef d’entreprise, en particulier dans l’univers des start-up.

C’est une grande leçon de vie. Mais on constate aussi, que Viktor Frankl ne procrastine jamais. Comme si la capacité de résilience était liée à l’absence de procrastination.

« J’essaie de m’acquitter de chacune de mes obligations le plus tôt possible, et non au dernier moment » (…) « Je m’acquitte d’abord des tâches qui me paraissent les plus désagréables, laissant pour la fin celles que j’ai le plus de satisfaction à accomplir »

Viktor E Frankl -Le sens de ma vie- créateur de la logothérapie

Pour continuer à travailler durement, il faut relier chaque tache au but, au sens que l’on souhaite donner ou que l’on espère donner à son projet.

Avant toute action, il ne faut pas perdre de vue son objectif final. Il est important de le visualiser, comme s’il était déjà réalisé et de ressentir ses bienfaits avant de se lancer dans un travail acharné.

C’est ce que Viktor Frankl appelle la transcendance.

Ainsi, on retrouve la joie d’entreprendre, même dans les conditions les plus pénibles.

5/Comment avancer pas à pas dans la réalisation de ses objectifs

Le business plan donne les grandes lignes de l’orientation du projet. La vision permet de nous transcender et de nous motiver au travail.

Mais si les tâches sont trop ardues ou trop importantes ou longues à réaliser, il peut paraître compliqué de s’y atteler.

Il est nécessaire de structurer les tâches en les divisant en sous tâches facilement réalisables, en simplifiant son travail.

Nous sommes programmés pour les petites tâches, car à l’école nous apprenions des concepts isolés avec des exercices de mathématique et de français qui nous servent aujourd’hui de manière plus globale.

C’est pourquoi la théorie des petits pas peut nous aider.

« Nous prenions tous les deux du plaisir à nous focaliser sur de petites tâches. Nous disions souvent que la division du travail libérait l’esprit »

Phil Knight -L’art de la victoire- Autobiographie du fondateur de Nike.

Mais les petites tâches doivent être reliées à la réalisation d’un objectif à court terme. Dans, le cas contraire, nous aurons plus de difficultés à trouver du sens à notre travail.

Phil Knight donnait comme exemple: trouver un local pour la société. La réussite de cette étape est assez gratifiante, c’est une belle récompense d’arriver à trouver le lieu propice pour entreprendre.

Une fois la tache effectuée, il est important de la cocher sa To do list , car la réussite de cette infime partie du projet nous réconforte. Sinon, nous avons l’impression de ne rien faire, de ne pas avancer, alors que c’est faux.

Chaque petite étape du projet à son importance et c’est bien de pouvoir le constater.

En revanche, si on met trop de temps sur cette infime tâche, que l’on perd une demi-journée à la réaliser, alors que l’on avait estimé 1 heure: c’est que quelque chose ne va pas, qu’on a très mal géré son temps.

La maîtrise du temps est essentielle à la réussite du projet.

6/Comment les petites tâches vont nous permettre de gérer notre temps efficacement?

La gestion du temps à toute son importance en entreprise

« La plus coûteuse des dépenses, c’est la perte de temps »

Théophraste

L’étape essentielle est de prendre 5 minutes par jour pour prioriser ses tâches en fonction de leur urgence et de leur importance par rapport à l’objectif que l’on a à réaliser.

Il ne faut jamais oublier de rapporter une tâche à son objectif final. C’est indispensable pour la motivation et le passage à l’action.

Il est ensuite essentiel de préciser le temps que l’on s’engage à utiliser pour réaliser chaque petite tâche. Une fois noté l’horaire de départ et l’horaire de fin, il faut s’y tenir.

Il faut ensuite passer à l’action le plus rapidement possible.

La méthode Pomodoro qui consiste à découper son temps par tranche de 20 ou 25 minutes avec une pose de 5 minutes, peut nous permettre d’être plus productif.

Se chronométrer va nous mettre la pression, alors que nous n’avons pas de patron pour le faire.

En effet, l’autodiscipline de l’entrepreneur n’est pas toujours facile à acquérir, car on est très sollicité et il est aisé de se laisser distraire.

Fractionner les différentes étapes en gérant son temps est primordial pour ne pas procrastiner dans son entreprise.

Lorsqu’on ne comprend pas quelque chose, rien qu’appeler un support, l’administration, lire un livre, ou faire une formation est déjà un premier pas qui va probablement débloquer une situation et nous permettre d’aller vers la prochaine étapes.

La division des tâches, permet aussi leur répartition en fonction des compétences et de la motivation des membres d’ une équipe.

Avant de déléguer, on ne prend pas toujours en compte la motivation. Pourtant on réussi toujours mieux ce qu’on aime faire. En plus, cela permet d’éviter les conflits dans une équipe.

Par exemple, s’il on n’est compétent pour le travail de comptabilité, on peut aussi ne pas l’apprécier. Dans ce cas la procrastination pourrait s’installer ou on pourrait faire des erreurs bêtes car on manque de concentration, ou s’en prendre à un autre membre de l’équipe à cause d’un manque de reconnaissance ou une frustration. Faire appel à un comptable qui a choisi ce métier et l’exerce avec passion pourrait alors être la solution.

7/Comment trop de confort peut nuire à la productivité?

« La plus grande liberté, naît de la plus grande rigueur »

Paul Valérie- Écrivain, poète et philosophe

Notre société de consommation basée sur l’abondance de biens et de confort, à tendance à nous endormir. S’asseoir sur un siège de bureau trop moelleux ou dormir dans un lit dans lequel nous nous sentons trop bien, peut avoir des conséquences négatives sur notre capacité à passer à l’action.

Nous pouvons très bien avoir une position de travail qui ne va pas nous faire mal au dos avec un lit et un siège de bureau un peu rigide. C’est d’ailleurs souvent conseillé pour une meilleure posture.

Certains individus brillants de la société capitaliste vivaient dans la plus grande sobriété et avec frugalité. On peut citer Steeve Jobs qui résidait dans un appartement vide sans chaise, il s’asseyait par terre. Il disait ne pas avoir le temps de choisir ses meubles. Voir les photos dans le livre de biographie de Steeve Jobs de Walter Isaacson.

En effet trop de confort peut nous endormir, nous rendre oisif. Limiter les objets, peut au contraire nous aider à nous concentrer, à moins nous disperser pour plus d’efficacité au travail.

C’est pourquoi il existe la discipline militaire, éducative, au sein des écoles privées catholiques notamment. Elle est basée sur la rigueur, l’austérité, la droiture.

Même si les dernières recherches en neurosciences nous incitent à être moins rigoureux dans l’éducation des enfants, trop de confort peut également nuire à la productivité. Il faut donc trouver le juste milieu.

C’est pourquoi la rigueur est une qualité à cultiver.

Conclusion

Un projet bien préparé avec un business plan, une bonne gestion du temps et une capacité à se remettre en question pour l’ajuster quotidiennement, sont les éléments essentiels pour avancer sans procrastiner.

Mais il ne faut pas s’endormir sur ses lauriers, la réussite et le confort peuvent nous nuire. Alors passons à l’action et restons vigilants dans le moment présent.

J’ai encore beaucoup d’astuces à vous donner contre la procrastination. Mais nous allons en rester là pour aujourd’hui.

Si vous mettez en place ce que je vous explique dans cet article, vous serez déjà surement sur le bon chemin pour ne plus procrastiner.

Abonnez-vous au blog la joie d’entreprendre si vous souhaitez lire mes prochains articles sur ce sujet.

A très bientôt,

Publié par Marie

Ma vocation est d'aider les entrepreneurs à se dépasser pour réussir. En tant que maman, je voudrais particulièrement aider les jeunes générations à acquérir l'esprit d'entreprendre, à ne pas hésiter à se lancer dans l'aventure entrepreneuriale ou simplement à acquérir les compétences clés pour avoir confiance en l'avenir. Diplômée en droit des affaires/droit du travail, mes expériences variées dans le domaine commercial, juridique, puis dans l'accompagnement des dirigeants de TPE et de porteurs de projets de création d'entreprises, m'ont apporté de très bonnes connaissances de l'écosystème entrepreneurial et du coaching de dirigeants. Passionnée de développement personnel, je me suis formée au coaching en psychologie positive pour apporter une offre globale d'accompagnement.

2 commentaires sur « Comment avancer sur son projet et éviter la procrastination? »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :