Pour réaliser ses rêves, il faut les transformer en défis à relever

Mon expérience du Mont-Blanc

Le 14 juillet 2019, j’ai réalisé un rêve: gravir le sommet du Mont-Blanc. Pour moi, c’est un rêve d’enfance. Pour une débutante en alpinisme comme je suis, c’est un exploit. Comme c’était un rêve, je me suis donnée les moyens de le réussir. On ne peut pas tout maîtriser. Mais j’ai commencé à me familiariser à la marche sur les glaciers en 2016, j’ai pratiqué un peu l’escalade et j’ai tenté le Mont-Blanc du Tacul l’année dernière. Les conditions météo ne m’ont pas permis d’atteindre le sommet. Une tempête de neige effaçait nos traces, il était plus prudent de redescendre. Mais je me suis familiarisée avec la haute altitude et un léger mal des montagnes. 

Ma première tentative du Mont-Blanc le 13 juillet 2019, fut un échec à cause du vent. Mais j’étais venu pour m’entraîner, je voulais juste voir jusqu’où je pouvais aller.  Je suis montée à 4580 mètres dans des conditions difficiles, le vent nous empêchant de progresser et le froid glacial se faisant sentir. De gros glaçons étaient projetés sur nous et nous n’étions pas assez stables pour continuer. Comme toutes les cordées parties à la même heure, nous avons été contraints d’abandonner, alors que je me sentais au top de ma forme. C’est une grande leçon d’humilité.Le Mont-Blanc se mérite.  Le vent était le plus fort. Malgré toute la volonté du monde et la forme physique, je ne pouvais pas accéder au toit de l’Europe, car la météo n’était pas clémente. Mais ma motivation était plus forte. Je ne pouvais pas en rester là, sachant que j’étais capable. Alors je suis restée une nuit de plus au refuge du Gouter et j’ai retenté le lendemain. Résultat: à 6 h 30 c’était le plus beau jour de ma vie.

 

Un défi est une aventure humaine motivante, avec ses hauts et ses bas

J’ai constaté que tous mes rêves sont en fait des défis que je me suis promise de relever avant la fin de ma vie. 

J’en ai réalisé quelques uns. J’ai connu des difficultés, mais je me suis accrochée, j’ai lutté, car réaliser un rêve c’est quelque chose de sensationnel. C’est une jolie aventure qui vaut vraiment la peine d’être vécue. J’ai agencée ma vie conformément à mes objectifs, même lorsque j’avais l’impression de ne plus rien contrôler, car je ne devais pas m’éloigner de mes rêves. J’ai attiré à moi la chance et les éléments qui pouvaient  favoriser ma réussite.Certains, appelle cela la loi de l’attraction. 

Lorsque l’on est confronté à des désillusions,  il est facile de relativiser, en notant nos vraies aspirations. Ainsi  nos échecs, ne sont pas des échecs, si on n’avait jamais rêvé réussir dans ce domaine. C’est le cas lorsque nous voulons réaliser des objectifs car nous sommes poussés par la pression sociale. En fait, on en a pas vraiment envie. Finalement, le fait de ne pas y arriver, n’est pas très grave.

« Votre temps est limité, ne le gâchez pas en vivant une existence qui n’est pas la votre » Steeve jobs

Et même s’il s’agit d’ échecs à nos rêves, nous pouvons retenter en nous préparant d’avantage ou en attendant que les conditions soient plus favorables, en prenant un meilleur itinéraire, qui nous convient mieux.

Il faut aussi éviter de trop penser à des choses négatives car les cauchemars aussi peuvent se réaliser, si on leur accorde trop d’attention. Lorsque l’on n’a pas le moral, il faut toujours se recadrer et penser à ses objectifs positifs qui pourraient nous rendre heureux, si nous les réalisons. Un bon moyen d’éviter les pensées négatives  est de rester dans le moment présent et de rester positif. Il faut éviter d’anticiper de façon négative, ce qui pourrait se produire et ne pas lier une action à un événement néfaste du passé.

Pour illustrer mon propos, voici ce qui s’est passé en redescendant du Mont-Blanc. Nous avons été victimes de chutes de pierre dans le couloir du Gouter. Beaucoup de monde m’en avaient parlé et j’avais beaucoup d’appréhension. Une minute avant de commencer le passage délicat, mon compagnon de cordée qui est aussi mon conjoint à élaboré une stratégie au cas ou une chute de pierre se produirait. Et bien sûre ce fut le cas et les pierres sont arrivées droit sur nous. Heureusement la stratégie était efficace. Mais lorsque nous avons préparé notre ascension, nous aurions dû prévoir de redescendre plus tôt. Certains guides préconisent de réserver le refuge du Gouter au retour et non pas à l’allée. Ce qui est pertinent. En effet, tôt le matin les pierres restent plus stables. Nous l’avons constaté lorsque nous sommes montés vers 5 heures du matin. Le travail de préparation d’un défi est toujours essentiel, c’est comme le business plan pour la création d’entreprise.

 

Réaliser ses rêves, c'est vivre

Pour vivre, il faut passer à l’action, agir en direction de ses aspirations. Nos rêves nous permettent de donner un sens à notre vie, de nous orienter vers la bonne direction afin de pouvoir les réaliser. Relever ses petits défis chaque jour, chaque mois, chaque année, nous permet de gagner en confiance, d’être plus heureux, de partager de bons moments avec les autres, de nous faire de nouveaux amis. Vivre ses rêves est de notre responsabilité. Nous devons donner le bon exemple à nos enfants. Nous devons lever un à un tous les obstacles qui s’opposent à la réalisation de nos idéaux. C’est un travail qui peut paraître difficile, mais c’est cela le chemin vers le bonheur. 

Pour Mère Teresa: « La vie est un défi à relever, un bonheur à mériter, une aventure à tenter ».

N’attendons pas le paradis, créons le. Jouons de nos ardeurs, à nous perfectionner, à déjouer les pièges de la vie, à attirer la chance, pour construire un monde ou nous sommes heureux. 

Tout est possible, il ne faut pas se limiter

Rien n’est impossible, nous trouverons toujours un  chemin pour  accéder à nos rêves les plus fous. Il nous faudra de la patience, de l’organisation, de la persévérance, de la détermination. Mais le plus important est le travail de préparation, la réalisation d’un plan d’action qui prend en compte notre point de départ et la ou nous souhaitons arriver. Entre ces 2 éléments, il y a un gap plus ou moins important. Il faudra le temps nécessaire de préparation, d’entrainement pour arriver à combler les manques qui font que nous ne pouvons pas réaliser nos rêves immédiatement. 

Le temps de préparation permet d’acquérir plus de confiance en soi. Un rêve est un idéal qui nous semble parfois inaccessible. Mais si nous prenons le temps de bien nous préparer, nous aurons plus de chance d’y parvenir. 

« Ce qu’il nous faut faire pour permettre à la magie de s’emparer de nous, c’est chasser les doutes de notre esprit.Une fois que les doutes ont disparus, tout est possible » Carlos Castaneda (Anthropologue, scientifique)

Il ne faut pas choisir un défi trop élevé par rapport à nos capacités. Néanmoins, il ne doit pas non plus être trop facile à réaliser. Il faut un challenge à relever afin de nous épanouir dans l’action. Ainsi, la réussite sera une belle récompense sacralisée. Pour évaluer si nous sommes capable de réaliser ce défi, nous devons bien nous connaitre. Pour cela nous devons nous dépasser pour estimer nos capacités. 

Je ne pensais pas être prête au mois de juillet pour le Mont-Blanc. Je m’étais fixé fin août comme date d’ascension. Quelqu’un m’avait dit que je n’étais pas prête physiquement et j’ai douté de moi-même.  Je suis heureuse aujourd’hui de lui avoir prouvé que j’étais largement capable. C’était un autre défi, je pense. Depuis trois mois, j’étais plus motivée à faire du sport pour m’entraîner.  C’est pourquoi, j’ai décidé de débuter le trail et de continuer le Stand-up Paddle, en plus de la course à pieds, pour l’équilibre.  J’ai réalisé mon rêve avec plus d’un mois d’avance. Il ne faut pas se laisser influencer négativement par son entourage, mais se préparer correctement et tenter sa chance. 

« Une des clés du succès est la confiance en soi. Une des clés de la confiance en soi est la préparation » Arthur Ashe Joueur de tennis, sportif.

 

L'alpinisme, une bonne école pour les entrepreneurs

L’alpinisme est une bonne école pour les entrepreneurs. Ce sport nous pousse en dehors de nos limites. Ce sport demande de la préparation, de la concentration, de l’endurance, de la ténacité, une bonne faculté d’adaptation, et de la résistance physique et morale. Mais quelle joie lorsqu’on parvient à surmonter toutes les difficultés et que l’on est au sommet de la montagne. Aujourd’hui je me sens plus vivante. 

« Si vous pensez que l’aventure est dangereuse, essayez la routine, elle est mortelle » Paulo Coelho

 

Publicités

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.